info@levestiairech.com
LNH

La course au trophée Calder avant l’heure

672Views

Si plusieurs partisans sont impatients de retrouver du hockey de la LNH, dites-vous que beaucoup de joueurs le sont tout autant, sinon plus. Les espoirs des plus récentes séances de repêchage attendent depuis longtemps de pouvoir lutter pour un poste chez les pros et la fébrilité se fait sentir. Malheureusement, COVID-19 oblige, nous ignorons toujours la date officielle du retour au jeu.

En temps normal, à ce stade-ci de l’année, nous aurions déjà droit à un aperçu de la course au trophée Calder, remis à la meilleure recrue de la LNH en saison régulière. J’ai donc décidé de vous présenter aujourd’hui les trois joueurs qui, selon moi, se disputeront le précieux honneur à la fin de la prochaine saison.

Sans plus tarder, voici mes choix :

1. Igor Shesterkin, G, Rangers de New York, 24 ans.

La saison dernière, nous avons eu droit à un petit échantillon de l’étendue de son talent. Et ça semble avoir été suffisant pour la direction des Rangers, qui n’a pas hésité à laisser partir le vétéran Henrik Lundqvist à l’ouverture du marché des joueurs autonomes. Après trois ans de domination en KHL, le gardien russe a fait le saut en Amérique du Nord avec le Wolf Pack de Hartford en 2019. Et avec un pourcentage d’arrêt de 0.934 et une moyenne de buts alloués de 1.90 dans la Ligue américaine, il a vite été rappelé par les Rangers.

Son succès s’est immédiatement transposé avec New York, alors qu’il a remporté 10 de ses 12 premiers matchs en plus de maintenir une moyenne de buts alloués de 2.52 et un pourcentage d’arrêts de 0.932. Une blessure l’a cependant limité dans les séries éliminatoires, mais il devrait être fin prêt pour la saison 2021. Avec le départ du roi Henrik et les performances ordinaires d’Alexandar Georgiev, la situation est idéale pour Shesterkin. Il devrait obtenir une grande majorité des départs et si ses statistiques sont à l’image de celles de l’an passé, il devient un choix évident pour le Calder.

2. Alexis Lafrenière, AG, Rangers de New York, 18 ans.

Eh oui, un autre joueur des Rangers ! Cette formation a un très bel avenir devant elle et le plus récent premier choix du repêchage sera un rouage très important de l’équipe. New York est très bien nantie sur le flanc gauche, avec Artemi Panarin et Chris Kreider. Mais à moins d’une surprise, Alexis Lafrenière devrait facilement se tailler un poste avec l’équipe cette année. J’ai bien hâte de voir comment David Quinn jonglera avec ses trios, mais je ne serais pas surpris que Lafrenière se retrouve sur les deux premières lignes plus tôt que tard.

Il a démontré lors du Championnat du monde de hockey junior qu’il était prêt pour le prochain niveau. Le Québécois possède un sens du hockey exceptionnel et une polyvalence incroyable. Il ne faut donc pas exclure une utilisation à l’aile droite dans son cas. Il pourrait potentiellement aussi déloger Chris Kreider du trio de Zibanejad et Buchnevich. S’il devait se retrouver sur la même unité qu’Artemi Panarin ou Mika Zibanejad, je plaindrais assurément les gardiens adverses.

3. Kirill Kaprizov, AG, Wild du Minnesota, 23 ans.

L’attente aura été longue, mais Kirill Kaprizov s’est enfin entendu sur les modalités d’un contrat avec le Wild du Minnesota. Le choix de 5e ronde de l’équipe en 2015 fait saliver les partisans de l’équipe depuis quelques années déjà et il devrait enfin faire le saut dans la LNH en 2021. Le fougueux attaquant a passé les cinq dernières années dans la KHL, où il a brillé malgré son jeune âge. Il y a très bien produit contre des hommes, en maintenant une moyenne d’environ un point par match. Et en 2018, à seulement 20 ans, Kaprizov a su se tailler un poste avec l’équipe olympique russe, équipe avec laquelle il a remporté l’or. Un beau palmarès quand même !

Le Wild ne possède pas une attaque redoutable, loin de là, donc un poste sur le premier trio du Minnesota avec Marcus Johansson et Kevin Fiala ne devrait être qu’une formalité pour le jeune Russe. Nous avons pu assister à la belle éclosion de Kevin Fiala la saison dernière. Un joueur de la trempe de Kaprizov lui permettra assurément de continuer sur sa lancée. Si la chimie devait se développer entre Kaprizov et Fiala, nous pourrions assister à la naissance de tout un duo offensif au Minnesota et ce, dès cette année.

Voilà !

Évidemment, tout ceci n’est que pure spéculation et il faut prendre le tout avec un grain de sel. Plusieurs joueurs de talent pourraient facilement se glisser parmi les finalistes. Et comme chaque année, il ne serait pas étonnant de voir une recrue méconnue déjouer les experts et se démarquer du lot. En espérant que nous aurons la chance de voir la jeunesse à l’œuvre très bientôt.

Admin Pat
the authorAdmin Pat

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.