info@levestiairech.com
LNH

Agents libres avec compensation : les jeunes talents toujours sans contrat

796Views


Lorsque vient le temps de l’entre-saison, ce qui retient particulièrement l’attention, ce sont les plus grosses prises sur le marché des joueurs autonomes. La plupart du temps, on parle ici de joueurs autonomes sans restriction qui changent d’équipe. Mais il y a aussi des agents libres avec compensation qui, bien que plus difficiles à obtenir, sont très intéressants pour les formations du circuit Bettman. Cependant, il est assez inhabituel de voir l’un d’entre eux quitter son équipe. La raison principale est simple : la compensation que doit verser le club intéressé si la direction adverse refuse d’accoter l’offre est souvent trop élevée. Ça ne vaut alors même pas la peine de faire une offre. Dans les rares cas où une organisation soumet une offre hostile et qu’elle est acceptée par le joueur, elle est égalée plus souvent qu’à son tour. À preuve, depuis le début des années 2000, une seule des neuf offres hostiles acceptées dans la LNH n’a pas été accotée. C’était en 2007, alors que les Ducks d’Anaheim ont choisi de ne pas égaler l’offre faite à Dustin Penner. Ce dernier a donc quitté pour Edmonton et Anaheim a reçu en retour un choix lors des trois premiers tours du repêchage 2008. Depuis quelques années, la masse salariale constitue un beau casse-tête pour les directeurs généraux de la LNH. D’un côté, on ne veut pas laisser partir les jeunes talents, mais de l’autre, on ne peut pas se permettre de les surpayer non plus. Une offre hostile bien placée peut donc lier les mains des dirigeants lorsque les fonds se font plus rares. Cette année, plusieurs agents libres avec compensation sont toujours disponibles et quelques-uns d’entre eux sont fortement convoités. Voici donc les trois joueurs qui, à mon avis, se démarquent du lot :

1. Matthew Barzal, C, Islanders de New York

Le fougueux joueur de centre est de loin le meilleur dans cette liste. Plusieurs croyaient qu’avec le départ de John Tavares pour Toronto, nous verrions le vrai potentiel de Matthew Barzal. Eh bien, si c’est le cas, je suis fan. Le 1er choix des Islanders en 2015 a inscrit pas moins de 207 points en 234 matchs dans la LNH et il semble s’améliorer chaque année. C’est d’autant plus impressionnant lorsque l’on s’attarde un peu au potentiel offensif défaillant des joueurs qui l’entourent. Les Islanders vont évidemment tout faire pour garder les services de Barzal. Et la retraite de Johnny Boychuk vient peut-être de sauver l’équipe new-yorkaise. La blessure à l’œil du défenseur a malheureusement mis fin à sa carrière, mais elle permet aux Islanders de libérer une coquette somme de 6 millions de dollars sur la masse salariale. Pour Barzal, on peut donc s’attendre à une augmentation à des années-lumière de son salaire de 832 500 dollars la saison dernière.

2. Pierre-Luc Dubois, C/AG, Blue Jackets de Columbus

Pour ce qui est de Pierre-Luc Dubois, il est hors de question pour Columbus de le laisser partir. Je m’attends à un salaire annuel avoisinant les 7 millions de dollars dans son cas et les Jackets ont l’argent nécessaire pour le signer. Le gros attaquant a prouvé sa valeur cette saison, à la suite du départ d’Artemi Panarin. Évidemment, le fait de perdre un tel partenaire de jeu affecte les statistiques offensives, mais on sent une belle maturité dans son jeu. Il l’a d’ailleurs prouvé en élevant son jeu d’un cran en séries éliminatoires, alors qu’il a trôné au sommet de la colonne des pointeurs de l’équipe avec 10 points en 10 rencontres.

3. Anthony Cirelli, C, Lightning de Tampa Bay

Au moment d’écrire ces lignes, la masse salariale du Lightning dépasse le plafond salarial par tout près de deux millions de dollars. Et Tampa n’a toujours pas embauché les deux joueurs autonomes avec compensation que sont Erik Cernak et Anthony Cirelli. Des deux joueurs, Cirelli représente définitivement le plus gros morceau. Il a joué un rôle très important dans la conquête de la Coupe Stanley du Lightning cet été et sa place au centre d’un trio avec Killorn et Stamkos semble garantie. Mais Tampa Bay est aux prises avec de gros contrats difficiles à négocier. Julien Brisebois a tenté tant bien que mal d’échanger Tyler Johnson, sans succès. C’est malheureusement la rançon de la gloire dans le cas de l’organisation floridienne. Il ne serait pas surprenant de voir une offre hostile être soumise à Cirelli prochainement. Il s’agit d’une option fort intéressante pour les équipes rivales du Lightning. En ce qui a trait à Barzal et Dubois, une nouvelle entente ne devrait pas être un problème. Les prochaines semaines nous confirmeront quant à elles si Cirelli pourra demeurer avec les champions en titre. Dans tous les cas, ce sont des dossiers très intéressants à suivre en attendant le retour du hockey.

Pour consulter la liste des joueurs autonomes avec compensation toujours sans contrat, cliquez ICI.

Admin Pat
the authorAdmin Pat

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.