info@levestiairech.com
LNH

Top-10 des meilleures acquisitions (1ère partie)

507Views

La saison 2020-21 tarde à ce mettre en branle. Les formations ne savent toujours pas quand les camps d’entrainement vont débuter. La LNH a encore la date du 1er janvier encerclée pour un début de saison de 56 matchs, mais ça semble de plus en plus irréaliste. De nouvelles dates ont été mentionnées, soit le 15 et 16 janvier. Récemment, les nouvelles sont encourageantes. Plusieurs dossiers donc l’aspect monétaire seraient fixés. Dès que tout sera officialisé, les joueurs et membres du personnel seront invités à se rapatrier dans leur ville respective 

Les équipes ont profité de la saison morte afin d’améliorer leur équipe. Les membres de la direction restent tout de même prudents. Avec l’incertitude qui règne autour du plafond salarial, les DGs ne veulent pas se lier les mains avec de longs contrats qu’ils vont regretter dans quelques années. Des joueurs de talent sont encore disponible sur le marché. Quelques équipes ont tout de même réaliser des transactions ou des signatures significatives.

Voici la 1ère partie du Top 10 des acquisitions qui pourraient avoir un impact important avec leur nouvelle formation dès cette saison: 

10. Ilya Sorokin – Islanders de New-York
Depuis qu’il a été repêché en 3ième ronde en 2014, Ilya Sorokin se développe à une vitesse grand V dans la KHL. Après 5 saisons complètes avec le CSKA de Moscou, Le jeune gardien de 25 ans montre une fiche de 121v – 38d – 1.38 – 0.938. Ses statistiques sont plus qu’éloquentes pour un athlète de son âge à cette position. Il est le meilleur gardien à ne pas avoir encore mis les pieds en Amérique du Nord. Les Islanders ont frappé un grand coup et rapatriant leur meilleur espoir dans les buts. Il est clair que dans le système de jeu hermétique de Barry Trotz, il n’aura pas de difficulté à s’adapter à son nouvel environnement. Je me garde tout de même une petite gêne en le positionnant 10ième dans mon classement. On ne sait jamais comment les joueurs réagissent à une nouvelle culture, nouvelle ville, etc. Je crois tout de même qu’il pourrait faire tourner les têtes dès l’an prochain dans sa nouvelle organisation. Plusieurs recruteurs le voient comme dans la ligner des derniers gardiens russes à avoir mis les pieds en Amérique du Nord: Vasilevskiy, Shersterkin et Ilya Samsonov. Pas décevant!

9. Alexis Lafrenière – Rangers de New-York
Après avoir baissé pavillon devant les Huriccanes de la Caroline en ronde préliminaire, les Rangers de New-York ont mis la main sur le meilleur prix de consolation: le premier choix au total de la cuvée 2020 du repêchage de la LNH. Ils ont évidemment sélectionner le meilleur joueur disponible en Alexis Lafrenière, le premier québécois sélectionné premier au total depuis Marc-André Fleury en 2003. Prochaine vedette des Rangers, Lafrenière a tous les atouts pour réussir dans la grande ligue. Sa vision élite, son tir digne des pros, sa vitesse d’exécution et son grand caractère permettra à l’équipe new-yorkaise de prendre un énorme pas de l’avant dans leur reconstruction. Ils avaient déjà l’un des meilleurs bassins de jeunes joueurs. Maintenant, ils se retrouvent avec un joueur qui contribuera dès cette année et pour 3 ans à un très faible coût. Alexis a déjà les capacités de jouer sur un Top-6 de la LNH. Il rejoindra les Artemi Panarin, Mika Zibanejad, Pavel Buchnevich et Kaapo Kakko. Cette année, il se battra pour le trophée Calder remis à la meilleure recrue de la LNH. 

8. Jesse Puljujarvi – Oilers d’Edmonton
L’ailier finlandais n’a toujours pas rempli ses promesses depuis qu’il a été repêché 4ième au total en 2016. En 139 matchs dans la Ligue national de hockey, il a accumulé seulement 37 points. Depuis son arrivé, il peine à se mettre en marche sur une patinoire de dimensions nord-américaines. Pas très content de son utilisation lors de ses 3 premières saisons, il décide de s’exiler dans son pays natal et demande une transaction au DG des Oilers. Ken Holland reste patient et ne désire pas échanger son jeune joueur pour s’en débarrasser. L’ailier droit de 22 ans vient de compléter la dernière saison dans la Ligue élite finlandaise avec un total de 53 points en 56 parties. Il a toujours un gabarit imposant, des mains élites et un tir foudroyant en plus d’avoir augmenté sa vitesse ce qui lui faisait défaut. Il viendra donner un coup de main à la puissance offensive des Oilers avec les Connor McDavid, Leon Draisaitl, Ryan Nugent-Hopkins et Kailer Yamamoto. Nul doute qu’il est prêt à éclore cette saison!

7. Jake Allen – Canadiens de Montréal
Marc Bergevin ne s’est pas défilé cette année. La priorité du Canadien était de trouver un solide gardien de but pour épauler Carey Price. Il n’était pas question cette année de prendre une chance sur un gardien qui avait besoin d’une deuxième chance. Le DG de Montréal a décidé d’investir une bonne somme d’argent pour s’assurer les services d’un cerbère qui a fait ses preuves. Jake Allen vient de connaitre sa meilleure saison avec les Blues de St-Louis avec une moyenne de buts accordés de 2.15 et d’un pourcentage d’arrêts de 0.927 en saison régulière. Pendant les séries, il a dû venir en relève à Jordan Binnington qui n’était pas l’ombre de lui-même contre les Canucks de Vancouver et a maintenu des statistiques impressionnantes (2v – 2d – 1.89 – 0.935). Il est vrai que le tricolore dépense un montant faramineux sur deux gardiens (14,850,000$), mais le pari en vaut le coup. Carey Price n’aura jamais été aussi bien épaulé et le calendrier de cette saison sera extrêmement condensé. Il sera vraiment important d’avoir deux gardiens de qualité pour s’assurer de faire les séries cette année. Avec les acquisitions du bleu-blanc-rouge, je pense que c’est à leur portée.

6. Torey Krug – Blues de St-Louis
Il est difficile d’imaginer Krug ne plus faire partie de l’équipe des Bruins de Boston. Le défenseur de 29 ans est à l’image de son ancienne formation avec qui il a passé les 7 dernières saisons. Il est un joueur qui s’impose physiquement et qui s’implique dans toutes les facettes du jeu. Sa principale qualité reste l’arme offensive qu’il représente sur un jeu de puissance. Il est le quart arrière parfait pour distribuer la rondelle. Avec le départ de Pietrangelo, les Blues ont réussi à éviter le pire en s’assurant les services du défenseur américain pour 7 ans à un salaire annuel de 6,500,000$. Le top-4 défensif de sa nouvelle équipe est maintenant plutôt équilibré avec Colton Parayko et Justin Faulk à droite, et Torey Krug et Vince Dunn(RFA) à gauche. Il apportera un élément de robustesse et une touche offensive à ne pas négliger. 


Top 5 à venir…

Admin Pat
the authorAdmin Pat

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.