info@levestiairech.com
Canadiens

Price, 6e meilleur gardien de but de la LNH?

366Views

Hier était publié le top 10 annuel des gardiens de but sur le site officiel de la Ligue nationale. Pour les curieux, le top 10 va comme suit : 1- Vasilevskiy, 2- Rask, 3- Hellebuyck, 4- Bishop, 5- Binnington, 6- Price, 7- Kuemper, 8- Lehner, 9- Markstrom, 10- Khudobin. Comme à chaque année, le classement amène son lot d’incongruités. Trois statistiques sont mises de l’avant ad nauseam pour expliquer le succès d’un gardien : le pourcentage d’arrêts, la moyenne de buts alloués et le nombre de victoires. Deux de ces trois indicateurs sont pourtant trompeurs.  

Des statistiques désuètes 

Le nombre de victoires constitue, hors de tout doute, l’outil de mesure le plus absurde. Tellement d’éléments viennent jouer dans le résultat d’un match qu’il apparaît presque malhonnête de juger du travail d’un gardien sur ce critère. Est-il nécessaire de rappeler que le hockey est un sport d’équipe ? Si les victoires et défaites n’appartiennent qu’aux gardiens de but, alors remplaçons le nom des équipes dans le classement général pour y inscrire celui des duos de gardiens.  

Prenons le cas de Vasilevskiy. Voilà trois années consécutives qu’on l’encense en raison de son nombre élevé de victoires. Serait-il possible que le Lightning de Tampa Bay forme l’équipe la plus redoutable depuis trois ans ? Que dire du fait que les champions en titre sont l’équipe qui a marqué le plus de buts au cours de cette même période ?  

La moyenne de buts alloués s’inscrit également dans cette lignée de statistiques qui discriminent automatiquement les gardiens de buts évoluant pour des équipes médiocres. Un gardien comme John Gibson fait trop peu parler de lui, car les Ducks sont misérables. Il s’agit encore une fois d’une statistique d’équipe et non d’un résultat attribuable uniquement au gardien.  

Le Vézina, une farce  

Comment expliquer, alors, que les finalistes au trophée Vézina soient choisis selon ces critères ? En effet, 2 des 3 candidats au prix remis au meilleur gardien sont trop souvent les meneurs dans l’une ou l’autre de ces statistiques. Cette année, les finalistes étaient Raask (moyenne de buts, + de 30 matchs), Vasilevskiy (victoires) et Hellebuyck. L’an passé :  Vasilevskiy (victoires), Bishop (moyenne de buts, + de 40 matchs) et Robin Lehner. En 2017-18 : Vasilevskiy (égalité victoires), Hellebuyck (égalité victoires) et Rinne. En gros, si tu as un excellent club devant toi, tu seras finaliste.  

Il est grand temps que le monde du hockey ouvre ses yeux et adapte ses outils de mesure pour les gardiens de but. Des statistiques circonstancielles comme le pourcentage d’arrêt selon le lieu de provenance du tir (ligne bleue, ailes, enclave) seraient beaucoup plus efficaces pour déterminer la valeur d’un cerbère.  

Soit dit en passant, lorsqu’on a demandé aux joueurs qui était le meilleur gardien, 41% ont répondu Price. Cela fait trois années consécutives qu’il est désigné meilleur gardien par ses pairs.  

Pour consulter le top 10 : https://www.nhl.com/news/nhl-current-players-ranked-top-10-goalies/c-319666122  

Pour consulter le sondage de l’association des joueurs : https://www.nhlpa.com/player-poll/2019-20  

Admin Pat
the authorAdmin Pat

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.