info@levestiairech.com
Canadiens

La LNH fête ses 103 ans : une histoire marquée par le CH

435Views

Le 26 novembre 1917, les dirigeants des Canadiens de Montréal, des Wanderers de Montréal, des Sénateurs d’Ottawa et des Bulldogs de Québec ont choisi de se dissocier de l’Association nationale de hockey (ANH).

Des disputes à l’interne avec le président des Blueshirts de Toronto, Eddie Livingstone, ont directement mené à la formation d’une nouvelle ligue professionnelle de hockey : la Ligue nationale de hockey (LNH). C’est dans l’hôtel Windsor de Montréal que le tout s’est concrétisé, il y a 103 ans.

Aujourd’hui, plus d’un siècle plus tard, la LNH est passée d’un marché de quatre équipes canadiennes à un circuit avec 31 formations sur l’ensemble du territoire nord-américain. Évidemment, avec un historique aussi long, le circuit a connu son lot de hauts et de bas, mais avant la pandémie de 2020, on peut dire qu’il était en excellente santé.

Les Canadiens et la LNH ensemble depuis le jour un

En s’attardant un peu aux différentes équipes qui font ou qui ont fait partie de la LNH, on remarque que seules deux organisations sont présentes depuis le tout début. Il s’agit des Canadiens de Montréal et des Maple Leafs de Toronto, qui portaient alors le nom d’Arenas de Toronto. Incidemment, ce sont les deux formations qui ont connu le plus de succès dans la ligue. Je crois qu’on peut affirmer sans l’ombre d’un doute que Montréal est l’équipe qui a connu le plus de succès dans l’histoire de la LNH. Avec 24 Coupes Stanley dans sa riche histoire, il n’y a aucune organisation qui s’approche même du CH.

La gloire de la Sainte-Flanelle

Plusieurs personnes attribuent ce succès à l’ancienneté de l’équipe ou même à la règle permettant au Tricolore d’avoir priorité sur les joueurs issus du Québec. À mon avis, ce sont des facteurs intéressants, mais ils ne justifient vraiment pas la gloire de la formation.

À preuve, Toronto est dans la ligue depuis aussi longtemps et elle n’a remporté que 13 Coupes en comparaison. Il est vrai que les formations de l’Original Six que sont les Canadiens, les Maple Leafs, les Bruins, les Blackhawks, les Red Wings et les Rangers font partie des meneurs au niveau des Coupes Stanley, mais la domination montréalaise est simplement sans égale. L’ancienneté est donc un facteur, mais ça va plus loin que ça.

En ce qui a trait à la règle sur les joueurs québécois, il est vrai que, dès 1936, Montréal avait le droit de protéger deux joueurs québécois sans contrat. Les dirigeants pouvaient les sélectionner à travers un repêchage spécial. Force est d’admettre qu’aucun joueur d’impact dans les conquêtes de la Coupe Stanley n’est issu dudit repêchage spécial, à l’exception peut-être de Réjean Houle. Ce dernier a cependant quitté le Canadien quelques années plus tard pour les Nordiques de Québec. La règle a été abolie au début des années 70 et si on se rappelle bien, c’est une décennie où le Canadien a remporté 6 Coupes Stanley.

Évidemment, comme dans tous les sports, la chance est toujours un facteur dans la réussite d’une équipe. Mais le succès des Canadiens de Montréal est grandement attribuable à des transactions fructueuses, à un repêchage de qualité et à un excellent travail de gestion pendant une bonne partie du 20e siècle.

Que se passe-t-il depuis 30 ans ?

Comme je l’ai mentionné plus haut, le Tricolore a remporté 24 Coupes Stanley dans son histoire. Si on exclut la première remportée dans l’ANH en 1916, Montréal a gagné 23 Coupes en 103 ans d’histoire de la LNH. C’est une moyenne de pratiquement une Coupe aux 4 ans. Cependant, cela fait maintenant 27 ans que le CH n’a pas soulevé le précieux trophée. Ça veut donc dire qu’avec la conquête de 1993, Montréal remportait sa 23e Coupe en 76 ans dans la LNH, une moyenne complètement ridicule.

Depuis ? La panne sèche. C’est probablement en raison des décisions douteuses de la direction durant les années 1990 et 2000 ou à la grande parité que présente le circuit Bettman depuis le lock-out. Mais je crois qu’il nous est permis de commencer à rêver. L’avenir s’annonce très prometteur à Montréal avec la venue de jeunes talents à toutes les positions. Si les morceaux se mettent en place, qui sait, peut-être verrons-nous une 25e Coupe Stanley à Montréal plus tôt que tard.

Admin Pat
the authorAdmin Pat

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.