info@levestiairech.com
Canadiens

L’énigmatique Joël Armia

831Views

Joel Armia est débarqué à Montréal lors de la saison 2018-2019. À l’époque, Marc Bergevin avait mis la main sur l’attaquant finlandais en retour de Steve Mason ou plutôt, de son salaire. Mason qui rappelons-nous avait été aussitôt racheté par le CH.

L’arrivé de Joël Armia, surtout considérant ce qu’il avait couté, fut très bien reçu par les partisans. À 6 pieds 4 et 215 livres, il venait ajouter du poids à une équipe qui en avait drôlement besoin. De plus, à seulement 25 ans, l’ancien choix de première ronde pouvait encore progresser.

À son passage à Winnipeg, il évoluait principalement sur une troisième unité. Limiter dans son temps de glace en raison de la profondeur de l’équipe, Joël Armia n’a pas été en mesure de démontrer son potentiel.

Un style unique

À sa première saison à Montréal, on pouvait voir un joueur unique dans son style de jeu. Ce qui sautait le plus aux yeux était la finesse qu’il possédait malgré son gabarit en plus de son travail le long des rampes et sa manière d’en sortir avec la rondelle.

En 2018-2019, alors qu’il semblait bien s’adapter à sa nouvelle équipe, il se blessa après 15 rencontres ou il récolta 7 points. Il termina la saison avec 13 buts, 10 passes en 57 rencontres.

Satisfait de son rendement, Marc Bergevin offrit un contrat de deux saisons 5,2 millions au total à Armia. Encore une fois, l’attaquant droitier connut une saison en deux temps. Avec une récolte de 30 points en 58 matchs, Armia ne semble pas être en mesure d’amener son jeu à un autre niveau.

Comme plusieurs autres joueurs dans la LNH, Armia souffre d’inconstance. Alors qu’il peut parfois sembler le meilleur joueur sur la patinoire, il peut devenir invisible très rapidement.

Une saison importante

À bientôt 28 ans, la carrière de Joël semble être destinée à un joueur de troisième trio. Son inconstance le prive et le privera sans doute d’une place dans le top 6 d’une équipe.

Avec les nouveaux droitiers Toffoli et Anderson, le temps de jeu d’Armia n’ira pas eu augmentant. Les passe-droits qu’il aurait peut avoir dans une équipe sans profondeur ne seront plus au rendez-vous. Donc, de ce fait, l’attaquant finlandais devra trouver un moyen d’être plus constant s’il veut espérer propulser sa carrière et son compte en banque.

Peut-être qu’il préfère être un joueur de soutien, que la pression ne lui fait pas. À ce moment, il trouvera sans doute une niche dans une équipe et par le fait même, deviendra un très bon joueur de profondeur.

Admin Pat
the authorAdmin Pat

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.