info@levestiairech.com
Canadiens

Jonathan Drouin est-il le prochain Alex Galchenyuk?

1.52KViews

15 juin 2017. Marc Bergevin annonce avoir échangé le défenseur Mikhail Sergachev, 9e choix au total en 2016, contre l’ailier québécois Jonathan Drouin, 3e choix au total en 2013. Fort d’une récolte de 53 points en 73 matchs lors de la saison 2016-17, Drouin s’amène à Montréal comme espoir numéro 1 au centre.   

Il y a 3 ans, Jonathan Drouin arrivait à Montréal sous un déluge d’attentes. Certaines irréalistes, d’autres parfaitement normales considérant le prix payé. S’il est indéniable que sa présence améliore l’attaque du Canadien, son étoile a certainement pâli au cours des dernières années. Sa production est inconstante, l’expérience au centre a été un échec et son utilisation diminue d’année en année.

Est-ce que sa production est inconstante parce que Claude Julien le fait moins jouer, ou joue-t-il moins parce que sa production fait défaut? Le futur nous le dira. Chose certaine, si Drouin connaît une autre saison en dents de scie, les comparaisons avec Alex Galchenyuk se feront de plus en plus présentes. D’un point de vue statistique, il existe plusieurs similitudes entre les deux joueurs.   

Un parcours similaire

Advenant que la prochaine saison ait lieu (voir l’article de mon collègue Sébastien Comeau : La LNH pourrait annuler sa saison), il s’agira pour le jeune Québécois de sa 7e année dans la Ligue nationale de hockey. En passant, connaissez-vous plusieurs attaquants élites qui ont mis autant de temps à se développer? Non? Moi non plus.

Bref, poursuivons. Lors de leurs 6 premières saisons, Jonathan Drouin et Alex Galchenyuk ont respectivement produit à un rythme de 0,58 et 0,61 points par match. Tous deux ont connus à peine 2 saisons de plus de 50 points. On attribue la meilleure saison de Galchenyuk à des matchs sans enjeux, l’élimination du Canadien ne faisant aucun doute. La meilleure saison de Drouin s’explique par d’excellents compagnons de trio à Tampa Bay. Dans les deux cas, on a souvent excusé les performances en demi-teintes à Montréal par l’absence de joueurs de talent pour les complémenter.

Une chance en or

Le produit de Ste-Agathe aura la chance de prouver l’étendue de son talent la saison prochaine. Il commencera fort probablement l’année avec Nick Suzuki, alors que les deux ont montré une belle chimie en séries éliminatoires. Suzuki est le joueur le plus talentueux avec lequel Drouin ait joué depuis son arrivée et le passeur le plus intelligent qu’on ait vu à Montréal depuis longtemps.

Si l’ailier de 25 ans ne connaît pas sa meilleure saison en carrière, il sera difficile de le voir autrement qu’un joueur offensif de 3e trio. Entendons-nous, sa meilleure récolte à vie est de 53 points. Un joueur de premier plan qui ne fait pas 60 points bon an mal an, ce n’est pas un joueur de premier plan. Dans le cas de Galchenyuk, le CH a jeté l’éponge après 6 saisons, alors qu’il n’avait que 23 ans. Combien de temps attendra Marc Bergevin avec Jonathan Drouin?

Pendant ce temps-là, Mikhail Sergachev continue de prendre du galon avec le Lightning. Son utilisation augmente d’année en année: il était 3e l’an passé, derrière Victor Hedman et Ryan Macdonagh. Sa moyenne de points par match de 0,47 lors des 3 dernières années combinées le place au 41e rang des défenseurs. Considérant que les défenseurs se développent plus tard, l’avenir s’annonce prometteur dans son cas.

Admin Pat
the authorAdmin Pat

Un commentaire

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.