info@levestiairech.com
Hockey MineurHockey ScolaireMidget AAA

Hockey scolaire québécois: recommandations du comité Auger (RSEQ). Mettre le joueur au centre des priorités, vraiment ?

5.43KViews

Le comité Auger, formé par le RSEQ, a déposé son rapport à la fin octobre et Hockey Québec a présenté ses réponses, dans un communiqué publié mercredi dernier. Ce comité s’était donné comme mission de mettre le joueur au centre des priorités, le rapport présenté est-il en phase avec cette volonté ?

Le communiqué de Hockey Québec et les recommandations du comité

https://www.hockey.qc.ca/fr/publication/nouvelle/reponse_-_recommandations_sur_la_structure_du_hockey_scolaire_aux_quebec.html

Voici donc l’analyse des recommandations et des réponses :

1-La création d’équipes d’excellences régionales : Traduction, le comité Auger demande à Hockey Québec d’accepter de ne plus reconnaître la structure intégrée (AAA) et les équipes évoluant dans la LHEQ comme étant le niveau de développement le plus élevé au Québec. Au passage, en rendant service aux responsables du recrutement des équipes de hockey scolaire qui pourraient alors ajouter à leur argumentaire que le vrai niveau de développement de l’élite est désormais une équipe régionale qui participera à 5 évènements ou plus par année. Dans sa longue réponse, Hockey Québec explique que d’exposer jour après jour les meilleurs joueurs entre eux permet un meilleur développement de l’élite.

Sur cette première recommandation, Hockey Québec a raison, diluer encore plus le talent partout au Québec et regrouper les joueurs de façon sporadique n’apportera aucun avantage. Toutefois, les deux entités ont des intérêts à protéger de chaque côté, les écoles (RSEQ, LHPS, LHIQ) veulent recruter de nouveaux étudiants et assurer une rétention. Hockey Québec souhaite la même chose pour ses organisations AAA. et les écoles partenaires.

La meilleure proposition, si on tenait réellement compte du joueur et de sa réalité familiale, serait que toutes les entités (écoles publiques, écoles privées, ligues de hockey scolaire et Hockey Québec) permettent à TOUS les meilleurs joueurs d’une région d’évoluer dans l’équipe de la structure intégrée AAA (en l’identifiant clairement comme LE niveau de développement de l’élite) de leur secteur et de fréquenter l’école (possédant une grille horaire de type Sport-Études) de leur choix. Dans la mesure où ces joueurs pourraient être libérés simultanément 3 moments par semaine pour se rendre aux entraînements d’équipe. Le volet hors glace pourrait très bien se faire dans l’école fréquentée par le joueur en compagnie de jeunes d’une autre équipe ou même d’un autre sport. Bien sûr, le Ministère de l’Éducation devrait également autoriser cette démarche afin de reconnaître les joueurs comme des participants à un programme Sport-Études officiel. Les écoles auraient aussi une gestion interne à effectuer, une coopération entre-elles à mettre en place et la logistique du transport pourrait poser problème, mais ce serait vraiment avantageux pour le joueur et sa famille. Le nombre de changements d’établissements scolaires (en fonction du développement du joueur) serait considérablement réduit pendant le parcours académique du secondaire. De plus, inutile d’inventer un nouveau réseau de développement nommé « Excellence » qui aurait pour effet d’engendrer encore plus de frais aux parents et moins de temps pour les familles.

2-Uniformiser les catégories, divisions et âges : Pas besoin de traduire pour celle-ci, le comité Auger est d’ailleurs appuyé par Hockey Québec pour cette recommandation avec certaines modifications. Particulièrement sur l’appellation des divisions scolaires D1-D2-D3-D4 afin qu’ils correspondent à la pyramide de développement de Hockey Québec. On comprend ici que le mot « élite » pour définir le D1 et le mot « compétition » pour le D2 semblent porter à confusion, que le comité Auger tire encore la couverture du côté du hockey scolaire pour démontrer par ces appellations que la structure intégrée AAA ne serait plus « l’élite officielle » et que la « compétition » n’est plus uniquement dans les niveaux double lettre (AA-BB).

L’analyse demeure la même que pour la recommandation 1 puisque la structure intégrée AAA serait clairement identifiée comme étant le réseau de développement de l’élite (excellence).

3-Répartition des équipes : Le comité recommande que la classification des équipes débute à partir du niveau M15. Donc, pour le M13 les équipes pourraient évoluer régionalement puisque plusieurs équipes se retrouveraient au sein d’un même territoire. Le groupe de M. Auger recommande également que le nombre d’équipes de niveau D1 soit déterminé selon le pourcentage total d’équipes de la province et limité à 20%. Les divisions D2 et D3 se partageraient équitablement le 80% restant. Dans sa réponse Hockey Québec dit être en faveur, mais en faisant référence au trop grand nombre de joueurs exposés à la mise en échec. La fédération redirige également le comité vers la recommandation 5 (gouvernance) pour faire de la recommandation 3 (répartition) la priorité tout en établissant un lien avec la recommandation 1 (l’excellence). Un livre se nommant « les 12 travaux d’Astérix » nous vient immédiatement en tête. Bref, une façon de dire ; commencez par régler la problématique de gouvernance, l’intégration des ligues en un seul réseau, ensuite nous discuterons du nombre d’équipes par division et ceci pourrait ouvrir la porte au sujet de l’excellence. C’est par cette réponse que nous réalisons l’ampleur du fossé qui sépare le hockey scolaire et Hockey Québec.

La solution est simple, retirer la mise en échec complète de tous les niveaux de jeu, permettre le contact physique ou encore la mise en échec progressive. Déjà plusieurs études et analyses ont eu lieu sur ce sujet, il est simplement temps de les mettre en application. La nécessité de la mise en échec complète avant le MTAAA n’est plus, et ce depuis quelques années déjà. Pour ce qui est du calcul en pourcentage pour le nombre d’équipes D1, cette proposition ne tient pas la route, en fait, elle ne tient pas compte de la réalité des régions du Québec. De plus, il est important de savoir que les joueurs inscrits dans des programmes de hockey scolaire sont en majorité des joueurs ayant un potentiel double lettre ou très près. Imposer une règle en pourcentage, empêchera des écoles et des joueurs de joindre le niveau D1 malgré qu’elles et qu’ils possèdent le calibre pour y être. Lors d’une demande d’adhésion M15 et M18 , de nommer un ou deux responsables indépendants « experts hockey » pour analyser le calibre des joueurs en fonction de leur provenance n’est vraiment pas compliqué et serait beaucoup plus efficace. Par la suite, effectuer un suivi annuel des performances des équipes afin de s’assurer que le calibre de jeu demeure paritaire. Une relégation peut alors être envisageable si justifiée. Ces solutions mettraient réellement le joueur au centre des priorités.

4-La mise en échec : Cette recommandation implique de ne permettre la mise en échec complète qu’au plus haut niveau de la pyramide de développement, le MTAAA. Elle fait référence aux outils que Hockey Québec possèdent déjà, le contact physique et la mise en échec progressive. La réponse de Hockey Québec est plutôt décevante et démontre le laxisme dont ses dirigeants font preuve depuis plusieurs années déjà. La voici : « La formation d’un groupe de travail est actuellement en cours et les consultations débuteront dans les prochaines semaines ». L’arrêt forcé par la pandémie était le meilleur moment pour régler ce dossier, le conservatisme et l’inaction à ce sujet sont déplorables.

La solution est plus que simple et le comité Auger a entièrement raison : retirer la mise en échec complète de tous les niveaux de jeu qui précèdent le MTAAA. Le hockey a changé, la vitesse, le talent, les habiletés et l’intelligence du joueur sont désormais plus importants que quoi que ce soit d’autre. Retirer la mise en échec complète ne fera pas perdre de membership à Hockey Québec, mais permettra d’éliminer un nombre incalculable de blessures survenant chaque année, depuis trop longtemps maintenant. Dans la phrase  » mettre le joueur au centre des priorités » on doit y comprendre aussi « s’occuper de sa sécurité ». Pour les puristes qui croient que le hockey est un sport physique et que nous dénaturerions le sport avec cette mesure, sachez que dans un match de la LNH où il y a plus de 60 mises en échec, pas plus de 33% de celles-ci représentent une mise en échec complète par définition. Toutes les autres sont soit un contact physique ou soit une mise en échec progressive. Il est aussi à noter, que les joueurs distribuant ou recevant ces mises en échec sont des « athlètes surentraînés » et des « professionnels rémunérés ».

5-La gouvernance : Le comité Auger recommande une structure de gouvernance démontrant encore une fois son souhait de faire en sorte que la structure intégrée AAA ne soit plus considérée comme le niveau supérieur de développement. Les ligues scolaires seraient réunies ensemble afin de former trois sections couvrant le territoire québécois. Tout ceci sous la responsabilité du RSEQ évidemment. Selon cette proposition, peu importe que le joueur évolue en D1 ou au sein de la structure intégrée (LHEQ), tous auraient la possibilité d’être sélectionnés au sein de la toute nouvelle structure élite de développement nommée « l’excellence ». Le comité Auger recommande aussi que la gestion des ligues D3 et D4 actuellement sous la responsabilité des instances régionales du RSEQ soit rapatriée au sein du RSEQ provincial. La réponse de Hockey Québec à cette dernière recommandation est plutôt brève. La fédération mentionne avoir déjà soumis une proposition en 2019 à l’effet que les trois ligues scolaires devraient se réunir au sein d’un seul réseau.

La solution est toujours la même puisque toutes les recommandations vont dans le même sens. Permettre aux joueurs élites, d’excellence, aux meilleurs, de pouvoir sélectionner l’école de leur choix, possédant une grille horaire de type Sport-Études et les faire évoluer au sein de la structure intégrée AAA de leur région. Il est vrai que cela représente un bon défi, coordonner tout ça en ayant des joueurs qui fréquenteraient 2 ou 3 écoles différentes afin de leur permettre d’évoluer tous ensemble n’est pas évident. Mais l’être humain n’est-il pas allé sur la lune en 1969 ?

Conclusion

L’élément central des propositions du comité Auger est la création d’une nouvelle structure d’excellence afin de régler les problèmes d’un sport qui possède déjà beaucoup trop de structures différentes. Ajouter quelque chose du genre rendrait le hockey encore moins accessible géographiquement et financièrement qu’il ne l’est déjà. Imaginer qu’un jeune va faire partie d’un programme de hockey-études (scolaire ou AAA) avec le niveau d’engagement, les coûts actuels et qu’en plus on va lui demander, s’il est vraiment bon, de participer à 5 évènements minimum de plus les weekends, c’est vraiment l’inverse que de « mettre le joueur au centre des priorités ». Le comité Auger démontre, par cette grande proposition, qu’il ne connait pas les coûts de participation à un programme de hockey-études, les coûts de participation à 5 évènements supplémentaires (5 weekends complets), qu’il n’a aucune idée du budget sports et loisirs de la classe moyenne québécoise et que la qualité de vie des familles lui importe peu. Dommage, mais c’est un rapport incohérent avec la réalité actuelle des québécois.

Finalement, il reste encore beaucoup de travail à faire par les adultes, beaucoup de réunions à tenir par des adultes et beaucoup de discussions à avoir entre adultes. Pourtant, toutes les entités nommées ci-haut (écoles, ligues de hockey scolaire, Hockey Québec, le comité Auger, etc.) ont toutes un point commun. Elles existent pour les jeunes et elles travaillent pour les jeunes, malheureusement leurs positions sur les différents enjeux ne le démontrent que très peu.

Admin Pat
the authorAdmin Pat

Un commentaire

  • Selon moi devrait avoir semi mise en échec dans les catégories atome et pee wee BB et AAA mais aprit de la Bonne façon recevoir et en donner un et full mise en échec dans les catégories bantam et midget BB Et AAA

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.