info@levestiairech.com
Canadiens

Un début de saison 2020-2021 fulgurant pour Jordan Harris

Jim Pierce/Northeastern Athletics
743Views

Jordan Harris, repêché au 71e rang en 2018 par les Canadiens de Montréal, ne fait rien d’autre depuis les trois dernières années que de s’améliorer sans cesse, défiant constamment les pronostics à son égard.

Il est vrai que Harris montrait déjà un certain potentiel en 2018, récoltant 35 points en 37 matchs pour Kimbal Union Academy dans la USHS-prep. Mais certaines lacunes au niveau de sa créativité, son manque flagrant de force physique et une faiblesse excessive de son arsenal de tirs (pire que celui de Mete à l’époque…) ne laissait pas entrevoir un avenir autre dans la LNH que celui d’un 7e-8e défenseur.

Disons simplement que depuis 2018 les choses ont beaucoup changé pour le jeune attaquant des Canadiens de Montréal.

Bien sûr, rien n’est encore gagné dans son cas et il n’est pas exclus que Jordan Harris ne réussisse jamais à se faire une place au sein d’un club de la LNH en définitive.

Toutefois, la progression constante, inexorable qui caractérise son jeu lors des trois dernières années ne semble pas vouloir s’arrêter de si tôt. En fait, cette même progression pourrait mener Harris vers une carrière beaucoup plus intéressante que celle de simple joueur de profondeur à laquelle il semblait voué en 2018.

Ses statistiques personnelles abondent aussi dans le même sens, comme sa sélection au sein de l’équipe nationale américaine lors du Championnat mondial junior de 2020.

https://www.eliteprospects.com/player/321687/jordan-harris

Bon, son tir n’est toujours pas le meilleur, et Harris n’est pas non plus un joueur excessivement créatif avec la rondelle, mais il s’est clairement amélioré dans toutes les facettes. Ainsi, ses attributs offensifs se sont vus grandement étoffés, il a pris du muscle, développé son équilibre, et ses grandes forces, la prise de décision et l’intelligence sur la glace, n’ont fait que se peaufiner davantage.

De plus, le jeune espoir du Canadien semble s’être découvert la capacité à exécuter des jeux sous pression, comme en témoigne son but en seconde prolongation lors du Championnat du Beanpot de 2019-2020, un tournoi annuel de mi-saison institué en 1952 impliquant 4 des meilleures universités de la NCAA.

Jordan Harris brutalise (non, le mot n’est pas trop fort) Merrimack pour commencer sa saison 2020-2021 dans la NCAA

Jordan Harris reprenait l’action avant-hier, le 12 Décembre, avec les Huskies de l’université Northeastern.

Son équipe, forte d’une bonne saison l’an passé et d’une fiche de 18-13-3, a débuté le calendrier 2020-2021, écourté par le Coronavirus, en s’offrant une victoire cinglante de 8-3 contre les Warriors de Merrimac de la division Hockey East de la NCAA.

Dans la victoire des siens, non seulement Harris s’est-il montré vraiment très solide défensivement, comme à son habitude, mais il a aussi comptabilisé 2 buts et 1 passe et démontré de très belles choses en ce qui a trait à sa distribution de rondelle et sa relance de l’attaque.

Dimanche, dans le cadre d’une autre victoire décisive de son équipe contre Merrimack, 6-3, Harris s’est encore une fois mis en marche offensivement, récoltant deux passes et un différentiel de +2.

Il est certes vrai que l’université Merrimack n’a vraiment pas une bonne équipe, un état de fait dont atteste leur fiche désastreuse de 40 victoires en 162 parties depuis 2013, ce qui enlève un peu d’éclat aux 5 points en 2 parties de Harris. Mais il demeure que cette même équipe avait donné du fil à retordre à Northeastern l’an passé, forçant une partie nulle le 8 Novembre 2019 et ne perdant que de peu le lendemain contre les Huskies.

Aussi, même en laissant entièrement de côté sa production offensive, Harris s’est vraiment mis en valeur lors des deux matchs, que ce soit défensivement ou offensivement. À ce titre, il ne faudrait pas minimiser son impact sur la remontée et l’éventuelle victoire de Northeastern lors du deuxième match après une sortie en force des Warriors de Merrimack, qui menaient 2-0 à mi-chemin de la première période.

Mais qu’en est-il de son potentiel dans la LNH?

En le regardant de plus près, il apparaît tout de suite qu’Harris semble beaucoup plus confiant en ses moyens offensifs cette année par rapport à l’an passé. Non seulement paraît-il plus fluide dans son maniement de rondelle, plus dynamique, mais ses qualités de fabricant de jeu ont l’air de s’être beaucoup améliorées également, et il fait maintenant des passes lobées à ses coéquipiers avec plus d’assurance au lieu d’opter pour les jeux plus simples.

Bref, cette amélioration continue augure très bien pour le reste de la saison 2020-2021 et son entrée en scène éventuelle avec le CH.

De même, si Harris ne semble pas destiné à devenir un jour un défenseur de premier plan dans la Ligue nationale, il ne serait pas étonnant de le voir éventuellement prendre sa place au sein d’un deuxième duo défensif, un peu comme Devon Toews l’a fait avec les Islanders et Grzelcyk avec les Bruins.

Pour ce qui est de la fatidique question de la hiérarchie des espoirs du Canadien en défense, Jordan Harris constitue, après Romanov et Guhle, l’un des meilleurs jeunes dont dispose le Tricolore, au même titre que Norlinder, Brook, Struble, Fleury et Juulsen.

Voir cette vidéo analytique du jeu de Harris à sa première saison dans la NCAA:

Admin Pat
the authorAdmin Pat

Un commentaire

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.