info@levestiairech.com
Canadiens

Artturi Lehkonen, là pour rester encore longtemps?

3.17KViews

Artturi Lehkonen a vraiment rendu de fiers services aux Canadiens de Montréal depuis son acquisition au 55e rang lors du repêchage de 2013.

Malgré la petitesse de sa carrure, ses 80 kilos tout mouillés, et son manque relatif de robustesse, l’ailier du Canadien montre un fort niveau d’implication dans les trois zones, une propension à dominer la possession de la rondelle lorsqu’il est sur la glace et une aisance à créer des chances de marquer.

Pour illustrer ce dernier point, voici un tableau de certaines statistiques avancées de Lehkonen qui indique, entre autres, la qualité des chances de marquer pour et contre quand il est sur la patinoire (xGF-xGA):

Un résultat supérieur à zéro dans la colonne la plus à droite (E+/-) indique qu’à 5-contre-5 l’équipe obtient de meilleure chances de marquer lorsqu’un joueur est sur la glace qu’elle n’en concède. source: hockey-reference.com

En outre, il y a seulement quelques mois Lehkonen prouvait sa valeur en marquant ce but important pour permettre aux Canadiens d’éventuellement éclipser Pittsburgh dans les séries 2019-2020.

Des débuts prometteurs pour Artturi Lehkonen

Sélectionné en deuxième ronde du Repêchage de 2013 (après les désastreux choix de McCarron, De la Rose et Fucale), Artturi Lehkonen avait beaucoup de talent et montrait un fort potentiel à l’époque. En même temps, il constituait somme toute un choix un peu <<risqué>> puisqu’il semblait trop chétif, trop faible physiquement, trop aisément blessé pour avoir de bonnes chances de se tailler un jour un poste dans la LNH, d’où sa présence au 55e.

Heureusement pour le CH, après une saison passée à s’entraîner intensément avec KalPa en Finlande et deux autres avec le programme très rigoureux de Frölunda dans la SHL, Lehkonen a réussi à faire taire ses pires détracteurs. Il s’est ainsi amené en grande pompe avec le Tricolore à l’aube de la saison 2016-2017.

Il arrivait dans l’uniforme des Canadiens comme espoir offensif important, ayant réussi à récolter 19 points en seulement 16 matchs en séries pour Frölunda en 2015-2016, battant de fait un record instauré par nul autre que Daniel Alfredsson.

À sa première saison dans la LNH, Lehkonen allait répondre aux attentes en marquant 18 buts malgré un rôle offensif moindre, dont son premier contre les Sénateurs le 16 Octobre 2016.

Ses performances dans les premiers matchs étaient très encourageantes, mais Lehkonen a vite connu une léthargie au niveau de sa production offensive. Ainsi, ce n’est que vers la fin de saison 2017 que le jeune ailier des Canadiens a commencé à trouver le fond du filet avec plus de régularité, un regain d’énergie lui permettant de finir avec un total très respectable pour une recrue de 28 points en 73 matchs, sur 13:52 de temps de jeu moyen par partie.

Un développement constant, mais pas d’éclosion offensive telle qu’en espéraient les partisans

Par la suite, Lehkonen, avec ses 4 points en 6 parties, s’est montré être l’un des seuls joueurs du Canadien (avec Gallagher) capables de marquer et de produire de l’offensive lors d’une défaite en séries d’après-saison 2017 contre les Rangers de New York, ce qui augurait bien pour son avenir.

Malheureusement, 2017-2018 allait être une saison très médiocre pour Lehkonen, comme les deuxièmes années dans la LNH le sont souvent pour les recrues. À ce titre, le jeune attaquant n’allait s’améliorer que dans ses replis défensifs et son acharnement, régressant au passage offensivement et perdant probablement un peu confiance en ses moyens par la même occasion.

Au fil des saison subséquentes, Artturi Lehkonen se mettrait surtout en valeur comme atout défensif et prolifique joueur de soutien à 5-contre-5.

Incidemment, il ne parviendrait pas à éclore offensivement, ni non plus à se mettre assez en valeur pour jouer de façon constante sur une première ou une deuxième ligne.

Mais qu’en est-il de l’avenir d’Artturi Lehkonen avec le Canadien?

Les très bonnes habiletés défensives de Lehkonen, son implication, son abnégation en faveur de l’équipe, sa vitesse et la grande qualité de son jeu lorsqu’il s’agit de garder la possession de la rondelle font de lui un atout de taille pour les troisièmes et quatrièmes trios du Canadien. Et ces même qualités lui ont aussi permis de s’attirer le respect et les bonne grâces des partisans, de ses coéquipiers, mais aussi de ses entraîneurs.

À titre d’exemple, regardez cette somptueuse pression en échec avant, cette capacité à garder possession de la rondelle, et ces décisions éclairées, simples qui créent des chances de marquer.

Bref, si bien d’autres joueurs de soutien, comme Armia, Byron et Weal, risquent d’être échangés ou tout simplement laissés partir lors de la prochaine saison morte, Lehkonen se verra fort probablement épargné de pareils bouleversements. D’autant plus qu’il est encore très jeune, à 25 ans, encore joueur autonome avec compensation jusqu’en 2022, et le fait est qu’il risque fort de coûter moins de trois millions sur la masse salariale l’an prochain avec son nouveau contrat.

Voir cet article sur les possibilités d’échanges de Paul Byron:

https://www.hockeyfeed.com/nhl-news/rumour-first-trade-coming-up-for-the-seattle-kraken

Bien sûr, les choses changent et évoluent sans cesse et il ne saurait y avoir de certitudes immuables dans le hockey. Mais si la tendance se maintient, Lehkonen risque fort de constituer avec Evans, Poehling prochainement, et éventuellement Luke Tuch, une part importante des trios de profondeur du club pour les quelques années à venir encore.

Admin Pat
the authorAdmin Pat

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.